Sylvain Coher
Sylvain Coher vit et écrit à Nantes et à Paris. Premier roman aux éditions Joca Seria en 2002, Hors saison, suivi par deux autres chez le même éditeur : La Recette de Stein en 2004 et Facing en 2005. En 2006 il signe un autre roman : Fidéicommis, aux éditions Naïve.
Il est pensionnaire de l'Académie de France à Rome à la Villa Médicis en 2005-2006. À Rome, il rencontre le peintre new-yorkais Jérôme Lagarrigue et publie un premier texte lié à ses œuvres, « Pleine Face », dans la revue d'art et de littérature Éponyme publiée par Joca Seria.

Chez joca seria

Stacks Image 50
Hors saison
Sylvain Coher
À la suite d’un événement tragique, un couple étrange fuit le Sud de la France. Sylvain Coher signe ici son premier roman.Il y fait preuve d’une belle maîtrise en créant un climat à la fois mélancolique, mystérieux et captivant.
Janvier 2002
Roman
160 p.
130 x 200 mm
ISBN 2-908929-94-5

14 €
Stacks Image 45
La Recette de Stein
Sylvain Coher
La phrase coule souple et forte, aussi brute de pensée qu’elle naît dans le cerveau de l’auteur, avec ses rebonds, ses attentes, ses doutes, ses circonvolutions. L’auteur use d’une belle maîtrise à ce jeu. […] La Recette de Stein est un régal. On s’en délecte jusqu’à l’ultime service. Presse Océan
Déc.2003
Roman
160 p.
130 x 200 mm
ISBN 2-84809-016-2

14 €
Stacks Image 40
Facing est écrit dans un registre résolument créatif et poétique. Sylvain Coher s’approprie les mots du champ lexical économique, les tord, les ampute dans ce qu’ils ont de plus galvaudé, médiatisé. Sa langue questionne, fascine, vivante et sensible, elle est toujours juste et dépeint avec pudeur un destin balayé. Dans ce roman, le discours dit « civilisé » n’a pas sa place ; la réalité ne l’est pas.
Janvier 2005
Roman
112 p.
130 x 200 mm
ISBN 2-84809-042-1

14 €



Stacks Image 111
15 x 20 cm
64 pages
978-2-84809-230-0

11 €
La forme empreinte
Sylvain Coher


« Ici les Dieux refusèrent de trancher et dans cet entre-deux d’eau et de terre la boue étendit son domaine sur des berges incertaines. Il ne reste plus qu’un marais mouillé, perdu dans ses rondes saisonnières. À peine ressuyé par un été trop bref et aussitôt blanchi aux brumes du froid qui vient, comme la vitrine délaissée d’un commerce en faillite. Des carcasses enfouies macèrent lentement sous la surface froissée par la brise maritime et fermentent à l’abri des diptères nécrophages. Le morta des forêts fossiles gît toujours sous la tourbe des paisibles clairières aquatiques. Les touradons sont des archipels instables, parfois réunis par les isthmes des pousses d’iris et l’ombre portée des ombellifères. Ça et là d’humbles vivaces croissent dans un calme résolu, ostentatoire. Le souvenir de la mer des Faluns glisse ses fantasmes pélagiques sous les herbes dressées que plus rien ne retient. Partout les eaux libres gagnent du terrain et viennent piétiner la lisière du bois où le vieil homme se tient, un peu en retrait. Le menton rentré dans le col camionneur et les mains déliées dans la chaleur des poches. Comme à son habitude. »