éditions joca seria art & littérature






Stacks Image 292
Stacks Image 295
Stacks Image 298
Stacks Image 301
Stacks Image 304
Stacks Image 307
Stacks Image 310
« Extraction : action d’extraire, de retirer une chose d’un lieu où elle se trouve enfouie ou enfoncée. » Le Petit Robert.

Extraction est une collection dédiée à la recherche littéraire, dans ses articulations les plus diverses et radicales. Hors des carcans traditionnels, des codes, des cadres et des chapelles, cet espace a pour seul objectif de donner la parole aux expérimentateurs. Découvrir de jeunes auteurs. Permettre à d’autres, plus confirmés, de publier des travaux plus singuliers ou transdisciplinaires qu’à leur accoutumée.

Extraction répond à une nécessité : les textes où la recherche formelle, le laboratoire langagier, les tentatives d’hybridations priment, manquent cruellement de lieux d’hébergement.

La collection propose pour sa première année 7 livres, dont 2 avec cd et 1 avec dvd.


Directrice : Chloé Delaume
Attachée de presse : Noémie Sauvage
Stacks Image 6984
Philippe Adam et Fabrice Ravel-Chapuis lu par Jean Guidoni
Il manque une pièce

40 pages
+ CD de 37,27 mn comportant 13 morceaux

42 p. / 130 x 185 mm / 15 €
janvier 2011
Isbn
9782848091563
>






Stacks Image 6985
Patrick Bouvet
Open Space

ils savent
qu’il y a toujours
un espace
opaque
à découvrir
elle peut compter
sur eux


88 p. / 130 x 185 mm / 11 €
sept. 2010
Isbn 9782848091518

>






Stacks Image 6986
Emilie Notéris
Séquoiadrome
collection extraction
Séquoiadrome oscille entre une trame narrative à caractère fantastique et la réalité des problèmes théoriques et historiques qu’il soulève. Il est donc question, avec humour, de philosophie, de politique, et d’écologie. Crash d’un avion de tourisme au sommet de la plus grande entité vivante : un séquoia baptisé Karl Marx par une communauté socialiste utopique. Les secours tardent à se manifester. Robinson, l’aviateur, et Miss Hélium, sa copilote, mettent en place un habitat de survie. Un dialogue s’amorce entre Robinson et son hôte. Et si le séquoia semble hanté par le spectre de Karl Marx, Robinson s’interroge sur la validité, l’actualité de son message aujourd’hui. Dans un texte inventif, qui mêle théorie et narration, Émilie Notéris installe un discours critique, dans la lignée des textes d’anticipation utopiques.

160 p. / 13 x 18,5cm / 16 €
janvier 2011
Isbn 978-2-84809-155-6

>






Stacks Image 6987
Guillaume Lebrun
Quelque chose de l'ordre de l'espèce
collection extraction

Autofiction mythomane, ou autofiction tout court, Quelque chose de l’ordre de l’espèce parle du père et de sa haine, de son héritage, de sa folie, de son meurtre et des survivants.
Un texte aussi saisissant que poétique.
Quelque chose de l’ordre de l’espèce met en scène une mère et un fils soumis à la paranoïa antisémite et raciste d’un père tout puissant. Chacun a recours à des moyens inadéquats pour tenter de garder contact avec le réel.
Mais nourris par la haine, construits autour d’elle, ils ne peuvent s’en défaire complètement. Ils en ont besoin pour exister, c’est à travers elle que s’est fondée leur identité.
Tout part du meurtre de Samuel Rosenfeld, événement traumatique, concrétisation de la fureur du père. Samuel Rosenfeld, cadavre initial que chaque personnage va gérer comme il peut. Le lien qu’ils créent avec Simon, fils de la victime, représente encore leur attachement au père, puisque Simon lui-même ne s’est réalisé qu’à travers cet événement traumatique.
À travers trois parties qui jouent magistralement sur le rythme et les registres de langue, Guillaume Lebrun signe ici un premier ouvrage à tous points de vue remarquable.


L’auteur
Guillaume Lebrun est né en 1986. Il signe ici son premier texte.


112 p. / 13 x 18,5 / 15 €
mars 2011
ISBN 9782848091631

>






Stacks Image 6988
Anne Kawala
part &
collection extraction

112 pages
13 x 18,5
15 euros

978-2-84809-162-4



Objet-livre, livre-objet,
Part & se lit de part et d’autres, nous plongeant dans une expérience de lecture baroque. Le travail d’écriture, d’installation et de montage au creux de pages abolissant toutes conventions et vis-à-vis. Le cerffraie et la bicherf, protagonistes changeants, chimériques, errent ainsi au fil des pages et des histoires d’amour. Le point de vue de chacun transforme les possibles et les discours, les sentiments et les perceptions. De gauche à droite, de droite à gauche, ou bien lues indépendamment d’un seul côté, les pages délivrent leurs tableaux vivants, portraits et poursuite forestière. Par sa mise en scène des faits et ressentis, Part & est une histoire d’amour où le lecteur s’implique, délaissant tout principe d’innocence.

L’auteur
Anne Kawala est née en 1980. Elle vit et travaille à Paris. Après une formation aux Beaux Arts de Lyon, elle s’attèle à la production de textes poétiques aux dispositifs complexes, publiés au Clou dans le fer. Elle utilise internet, multipliant les expériences narratives via la tenue de blogs liés à des personnages de fictions évolutifs. Elle pratique également la poésie sonore. Sa première pièce de théâtre, La terreur du boomerang, sera jouée l’an prochain à la Comédie de Reims dans une mise en scène d’Émilie Rousset.
http://anne.kawala.free.fr/

>






Judith Mayer
Un Mobile
collection extraction

280 pages
15,5 x 22
21 euros

978-2-84809-175-4

> Accueil > Un mobile
> Il faut un mobile pour tuer : en faut-il un pour vivre ?
Léna, blogueuse coincée chez son universitaire de père, correspond avec Jol, voyageur indécis. Autour d’eux, en réseau, épiciers mélancoliques, expatriés blasés, artistes noctambules, travelos orientaux, femmes fatales de province : tout un monde.
Entre l’art et la fuite, l’écriture et la critique, chacun s’invente un personnage. Au fil des fantasmes, des pages visitées et des posts croisés, leurs trajectoires aléatoires tissent la toile d’un récit à facettes.

> Ce qu’en pensent les personnages
> Izzet Yazar, auteur : « Un roman de l’actuel. Pas de l’actualité, non : plutôt d’une certaine qualité de présent. »
> Armelle Sapelier, journaliste : « Les fragments d’un discours virtuel. » (Opus cité, Radio Lyre)
> Claude Régeur, professeur à l’Université de B**** : « Une réflexion à tiroirs sur l’homme contemporain comme sur le personnage de fiction. Mais c’est la même chose. » (La gazette de B****)

>






Camille Ducellier
Le guide pratique du féminisme divinatoire



96 p. / 13 x 18,5 + DVD / 18 €

ISBN 978-2-84809-168-6




Le guide pratique du féminisme divinatoire est un grimoire politique dans lequel théorie et pratique se mêlent pour faire jaillir un synchrétisme ouvert et joyeux. Le féminisme divinatoire est un croisement, une double hérésie pour brouiller les pistes. Un regard sur deux sensibilités culturelles qui évitent les contacts et se manquent de peu en France :
un point de vue féministe radical et une clairvoyance spirituelle.
Le guide pratique est accompagné d’un DVD
du film Sorcières, mes sœurs, dont il est le descendant direct. Un film qui rassemble cinq portraits de femmes et/ou féministes qui s’autoproclament Sorcière aujourd’hui, sous un angle féministe et politique. Manifeste, incantations, recettes, arts divinatoires, voici douze rituels pour l’avènement du féminisme divinatoire.

Camille Ducellier est née en 1985.
Plasticienne et vidéaste diplômée du Fresnoy, elle a réalisé plusieurs films, portraits documentaires, féministes et expérimentaux, dans lesquels l’image du corps et l’identité de genre se déjouent, se déplacent.

>






Présentation de la collection extraction

mercredi 8 décembre · 18:00 - 19:30
Hôtel de Région Salon d'honneur
1 rue de Loire Nantes, France


En présence de Chloé Delaume (directrice de la collection), Bernard Martin (directeur des éditions Joca Seria) et Emilie Notéris (auteur de Sequoiadrome, deuxième titre de la collection après Open Space de Patrick Bouvet).
Animée par
Guénaël Boutouillet
Stacks Image 6991
Dominique Panchèvre,
directeur de l'agence régionale du livre de Haute-Normandie a participé à la journée qui s'est déroulée à Nantes, le 8 décembre 2010, sous les auspices Conseil régional des Pays de la Loire, via le Centre de Ressources du Livre (CRL).
Voici son compte rendu de la présentation de la collection extraction. (
Lire la totalité de son article ici )

 
Cerise sur le gâteau de la création littéraire, la présentation en fin d'après-midi, animée par Guénaël Boutouillet, de la collection Extraction chez Joca Seria. Extrait de la présentation sur leur site :
"L’extraction est une action, la collection Extraction un geste éditorial. Faire sortir la littérature de son carcan traditionnel, tirer la poésie hors de ses codes et ses chapelles, donner la parole aux expérimentateurs.
Des écrivains-chercheurs, qui, du fond de leur laboratoire, produisent des formes et des dispositifs singuliers, tout en prenant la langue comme matériau. Le son, parfois, aussi. Quand ce n’est pas l’image. Une littérature aux frontières d’autres arts, intégrant d’autres pratiques que l’écriture. Repoussant ses limites. Une littérature contemporaine non pas parce que publiée par des auteurs en vie, mais parce qu’intégrant, au plus profond de son propos et de sa structure, les données du monde d’aujourd’hui.
Dirigée par Chloé Delaume, la collection Extraction se définit comme un espace de recherche en marge de l’hégémonie du roman sympathiquement rentable."
Tout est dit.
Ou presque. Bernard Martin est l'organisateur d'Écrivains en bord de mer
http://ecrivainsenborddemer.fr/ chaque été depuis 14 ans à La Baule. C'est une manifestation où les écrivains parlent au public, se parlent, font des projets. Des relations professionnelles et amicales durables naissent, se tissent. Ces rencontres de qualité sont également une belle chambre d'écho à l'activité éditoriale de Joca Seria.
 
La collection Extraction, après le livre de Patrick Bouvet,
Open space, publiera son deuxième titre en janvier 2011, Séquoiadrome, dont Émilie Notéris est l'auteur. C'est autour d'une lecture d'un extrait de cet ouvrage que Bernard Martin, directeur de la maison d'édition, et Chloé Delaume, ont présenté le travail d'expérimentation que propose la collection.
C'est un petit moment de bonheur de constater qu'une maison d'édition prend l'initiative de soutenir la littérature en train de se faire en donnant à lire, à écouter et à voir des créations originales qui bousculent le confort intellectuel dans lequel se réfugient souvent les éditeurs, par souci de rentabilité, et les lecteurs, par crainte et / ou par paresse.
À signaler, en même temps que la sortie du livre d'Émilie Notéris, celle de Il manque une pièce, opéra parlé écrit par Philippe Adam, composé par Fabrice Ravel-Chapuis et interprété par Jean Guidoni. Et puis, dès janvier, la revue éponyme en ligne sur le site.
À suivre et à relayer, sans retenue.