Jan 2012

Comme dit ma mère d'Elisabeth Pasquier dans Ouest France par Daniel Morvan



Elisabeth a grandi en même temps que sa ville


Comme dit ma mere, d'Élisabeth Pasquier, n'est pas un simple livre de souvenir. Il permet de comprendre l'intelligence du monde, drôle et naïve, d'une enfant des années soixante.


A‑t‑on déjà parlé comme ça de la ville, de l'enfance, de la religion, du travail, des vacances, de l'histoire, de là culture ? Pas avant qu'Ellsabeth Pasquier s'en mêle. Profession: sociologue, le mot savant pour dire qu'on s'intéresse aux autres, leurs façons de vivre. Penchant secret : théâtre et littérature.
Au départ, un devoir qu'Elisabeth Pasquier doit rendre. Comme une copie de bac mais en mille fois plus gros. « Habilitation à diriger des thèses », HOT pour les intimes. Un de ces pavés qu'Élisabeth Pasquier a voulu alléger, en y mettant de l'émotion, du ressenti, do l'enfance: « J'ai déjà beaucoup travaillé sur la manière de raconter sa vie. J'ai essayé de me l'appliquer à moi‑même.»

Une plume née du théâtre
Élisabeth prend alors sa plus belle plume. Sans trop s'y attendre, elle donne te jour à un livre fleuve. Un roman vérité écrit d'une seule coulée, avec des phrases comme «j'aime bien dire nous les hommes, en sachant que moi une fille j'en fais partie.»
Ou encore : « [Ma mère] s'était fait faire de faux papiers avec une adresse à Quimperlé juste pour avoir lé droit de‑se baigner. Je sais avec cette histoire que les femmes de ma famille sont prêtes à tout pour se baigner.»
En voulant retrouver te regard et les mots de l'enfance, Elisabeth Pasquier a rencontré l'écriture. Celle qui évoque « l'inconnu de soi, de sa tête, de son corps ». Ce livre préfère le côté ensoleillé de la rue. Il n'est pas une plongée dans le sombre de la vie qu'elle connaît trop. ‑
C'est le metteur en scène Michel Liard, son mari, qui lui a fait partager son univers d'homme de théâtre « J'ai beaucoup passé de temps dans les salles de répétition, avec Michel. J'ai aussi partagé de belles expériences autour du théâtre de la parole avec Gilles Gelgon et Monique Hervouèt. » La mort de Michel, et celle du père d'Élisabeth, dans le même accident, va précipiter le mouvement vers l'écriture.
Le livre est écrit et publié sans un seul retour à la ligne. Une aberration, selon les critères de lisibilité. là li mite de la littérature expêimentale, genre Joyce ou Prigent (auteur d'Une phrase pour ma mère) Élisàbeth a ouvert les vannés de la mémoire continue. A donné libre cours à cette rêverie autobiographique qui, disent les neurologues, occupe notre cerveau les trois‑quarts du temps.
Les phrases s'enchaînent pourtant naturellement, les coq‑à‑l'âne coulent de source : « Je me suis imposé une seule structure de départ, les deux voyages entre la périphérie (la Contrie) et là centre‑ville de Nantes ; entre Nantes et le bléd, la maison de vacances du Pouldu. »
Ce qu'ill advient, 'c'est une écriture magnifique, joyeuse, jmpertinente. « Je suis en désaccord avec l'idée que la science doit faire rupture avec le sens commun », assure Elisabeth Pasquier.
Le livre nous plonge dans le cerveau d'une petite Nantaise des années soixante, entre 8 et 13 ans. Un fabuleux chantier d'organisation du monde, de cartographie mentale de là ville, de définition du genre féminin, de fabrication de croyances.

Conquête de la culture
Tout cela raconte deux ou trois choses de la nouvelle classe moyenne qui émerge au cours des Trente glorieuses à Nantes. Celle pour qui l mieux vivre ne sera jamais arrogance de « rupins » mais conquête de la culture, accès à l'opéra, au baccalauréat, livres et jazz à tous les étages.
Années « glorieuses » où une fillette blonde prénommée Élisabeth, « comme une reine de Hongrie », découvre le monde comme personne. Voit en Jeanne d'Arc « la première des féministes » et pense très souvent à la guerre, aux bombardements qui ont donné à son père le courage de déclarer son amour à sa mère.
Un grand livre sur le bonheur, voilà ce qu'a écrit Elisabeth Pasquier.


Daniel MORVAN.


Comme‑ dit ma mère, d'Élisabeth Pasquier, éditions Joca Seria, 76 p., 14€.

Ouest France 31 janvier 2012
|